Critique de Happy! saison 1 écrite par Air Vin’s. Une série originale SyFy disponible actuellement sur Netflix, avec pour showrunner Bryan Taylor.

Après vous avoir parlé de et conseillé la première saison de Future Man (de rien ;), cela fait un moment que nous avons vu et grandement apprécié un autre petit bijou. Avec l’arrivée des vacances de l’été, sa disponibilité sur Netflix tombe donc très bien pour vous la présenter. Happy! est une autre série complètement barrée mais contrairement à Future Man, on va cette fois-ci mettre les curseurs trash et violence un peu plus haut que les références et le côté pop.

Emmené par un Christopher Meloni méconnaissable. Un acteur dont ce serait définitivement appréciable qu’il fasse plus d’apparitions. Happy! est une série de genre qu’il sera difficile de qualifier en un mot, mais la comédie noire policière barrée est ce qui s’en rapproche le plus. Avec ceci comme recette de base vous ajoutez une grosse pincée de déjanté, une cuillère de trash et on remue avec une violence exacerbée pour accoucher d’une petite série unique mais terriblement accrocheuse.

On pourrait penser qu’il y a trop de séries et de films trouvant leurs inspirations dans l’univers des comic books. Pourtant, le projet fou de Christopher Meloni d’interpréter un ancien flic à la poursuite d’un kidnappeur d’enfant déguisé en Père Noël est une super idée. Pourquoi ? Parce que cet homme, Nick Sax, est au bout du rouleau. Devenu tueur à gages, désormais alcoolique, drogué et dépressif, il voit arriver dans sa vie Happy. Mais Happy, brillamment doublé par Patton Oswald, n’est pas une personne comme les autres. C’est une petite licorne ailée bleue débordant d’enthousiasme et de bons sentiments, ami imaginaire d’une petite fille enlevée par ce Père Noël bien flippant, Very bad santa.

New York unité géniale

Également coproducteur de la série adaptée du comic book éponyme de Grant Morrison et Darick Roberts, la star de New Yok Unité Spéciale est donc complétement à contre-emploi. Les personnes le connaissant aussi pour son rôle du psychopathe bisexuel Chris Keller dans la série culte « Oz » seront, quant à eux, moins surpris. À 120% dans la peau de Nick Sax, un homme capable d’avoir été le meilleur flic de la ville mais aujourd’hui ayant du mal à marcher droit, Christopher Meloni tient un rôle pour sa carrure, loin du tueur bête et méchant. Et ce ne sont pas ces pérégrinations les plus dingues avec des personnages secondaires fous qui vont me contredire.

Happy!, en plus de la relation buddy movie entre les deux personnages principaux très réussie, est aussi une plongée dans un monde criminel over-the-top. Cette aventure ponctuée par des rencontres déjantées avec des personnages cinglés, donne d’ailleurs lieu à des scènes d’actions géniales, véritables ballets de baston et de punchlines pour notre plus grand plaisir ! Elles sont en plus portées par une lisibilité de l’action sans faille. Appréciable. Une autre réussite que Happy! doit cette fois-ci à Bryan Taylor (Hyper Tension) en réalisateur principal (5 épisodes sur 8) et instigateur de cette esthétique si particulière à l’œuvre. La série se pare donc d’une bonne réalisation, fluide dans son action et parfois même d’une belle photographie, le tout avec un rythme bien maîtrisé. La série volontairement irrévérencieuse s’enchaîne donc vraiment bien sans que l’on voit les épisodes passés.

Happy Noël

Sans trop vous en dévoiler, le célèbre « WTF ?! » devrait sortir plus d’une fois de votre bouche, que cela soit par une action à la violence dingue ou les personnages/situations simplement barjes. Le duo détonant vous fera souvent rire car le côté naïf et joyeux de Happy est confronté à l’immoralité de Nick dans un monde encore plus noir, violent et dur. Le soin apporté aux personnages secondaires, tous excellents et bien interprétés, leur donne la profondeur nécessaire pour les assoir. Mention particulière à Smoothie, sadique de son état joué par Patrick Fischler et à l’impitoyable Blue, psychopathe sur la corde raide campé par Ritchie Coster.

Cependant, ce qui aurait pu être un simple exercice de style et une blague donne lieu à bien plus. Aussi déjanté cela soit-il, on se surprend à être touché par Happy!, n’oubliant pas les enjeux de l’enquête et suivant avec intérêt l’évolution de nos deux héros malgré eux. Le ton de la série est maîtrisé, alliant humour bouffon et violence trash. Le show esquive aussi le fait de donner dans le gratuit et derrière son côté fou, dévoile plusieurs critiques de notre monde et une écriture plus fine et maline qu’il n’y paraît. Une réussite à saluer.

Le rencontre du duo Nick et Happy donne naissance à une série complètement irrévérencieuse. Sur fond de polar noir la comédie déjantée prend le pas pour un côté pop ravageur à l’action débridée et à la réalisation au style graphique détonnant. Avec un ton maîtrisé et des personnages géniaux, les émotions et autres « WTF » s’enchainent au rythme des épisodes sans que l’on voit le temps passé. Souvent drôle, mais aussi parfois touchante, la série est finalement originale et passionnante. Alors je vous recommande le délire, vous ne le regretterez pas !

PS : Bonne nouvelle, une saison 2 est actuellement en production, espérons qu’elle soit à la hauteur.

Happy! saison 1

Étonnamment géniale
Happy! saison 1
7.5

Vin's

7.5 /10

On a aimé

  • La réalisation
  • Le ton maîtrisé
  • Le duo qui fonctionne
  • Les personnages secondaires barrés

On a moins aimé

  • Quelques facilités
  • Une intrigue assez simple
  • Part parfois loin

LAISSER UN COMMENTAIRE

Écrire votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom