Test de Death Stranding sur PC et PS4 réalisé par Vin’s avec le trophée de platine en poche. Death Stranding est un jeu développé par Kojima Productions et édité par Sony Interactive Entertainment sorti initialement en exclusivité le 8 novembre 2019 sur PS4 et disponible le 14 juillet 2020 sur PC.

Après des années de teasers et autres bande-annonces énigmatiques, nous y sommes. Le dernier jeu signé Hideo Kojima, un game designer qui a marqué l’histoire du jeu vidéo, est sorti. Après son divorce avec Konami et ses difficultés, le créateur a fondé un nouveau Kojima Productions pour un développement en partenariat avec Sony.

Test version PC

Une attention remarquable a été apporté à ce portage Master Race. Le support de l’ultrawide rend honneur aux décors du titre et les modélisations plus fines et détaillées font merveilles et le place dans le haut du panier. J’ai également noté une distance d’affichage plus grande et un nombre de détails affichés plus important, ce qui rend l’expérience contemplative encore plus agréable. Ceux qui ont un GPU RTX seront capable de bénéficier de toute ces améliorations graphiques avec en prime une grande fluidité pouvant aisément dépassé le sacro-saint 4K 60 fps grâce au mode DLSS 2.0 (limité à 240 fps lol). Toutefois faites attention au TAA (Temporal Anti-Aliasing) qui a tendance à rendre l’image plus floue et au FidelityFX CAS, alias le Contrast Aware Sharpening qui, s’il est utilisé pour affiner l’image le procédé utilise aussi un upscale provoquant un léger scintillement. Portage console oblige, le jeu à la manette est similaire mais jouer au combo souris/clavier est complexe et frustrant, tant le titre demande de multiples manipulations. La version comprend un petit bonus avec une quête et du contenu Half-Life cosmétique, mais c’est assez anecdotique pour justifier un retour à la caisse quand vous avez déjà bouclé les aventures de Sam. Bref, si vous êtes de ceux ayant survécu aux divulgâchis jusqu’ici, lisez le test qui suit pour découvrir si vous devez foncer sans hésiter.

Depuis son annonce en trailer, le jeu se veut plus qu’étrange à chacune de ses apparitions et voir sortir une nouvelle création originale du créateur était une grosse attente. En revanche, il nous a fallu attendre 3 ans afin de savoir ce qu’on allait concrètement y faire, et surtout qu’est-ce que Death Stranding ? Un jeu d’infiltration ? De randonnée ? Un shooter ? Un survival-horror ? Son premier trailer de gameplay nous dévoilait que nous traverserions des paysages inspirés de l’Islande avec un sac à dos et des paquets. Une bande-annonce toujours aussi intrigante et le fait de n’y voir ni « pan pan » ni « boum boum » nous avait plutôt séduit. Cependant, on n’était pas vraiment avancé sur la jouabilité du titre. Et bien pour vous répondre c’est une sorte de nouveau genre basé sur l’exploration et mâtiné de gestion et d’infiltration, le papa de Metal Gear nous propose un mélange à la croisée de beaucoup de styles déjà existants.

test death stranding PC PS4

Dans ce monde, la rares survivants de l’humanité vivent sous terre à cause du Death Stranding, une catastrophe qui a failli causé la disparition de l’espèce humaine. Car depuis lors, sont apparus des sortes d’ombres qui traquent et tuent toute personne vivante et une pluie qui provoque le vieillissement prématuré de tout ce qu’elle touche. Le hic, c’est que chaque mort causé par un échoué provoque une explosion appelée néantisation. Évidemment l’enchaînement de toutes ces joyeusetés a tôt fait de finir le boulot pour ceux rester vivant aux alentours. La désolation règne donc à la surface de la Terre.

C’est dans ce contexte de grosse ambiance que notre héros, Sam Porter Bridges, a fait de son métier le fait de s’aventurer à la surface pour livrer et satisfaire les besoins des populations. Car Sam à une particularité, il est atteint du DOOMS. Une maladie lui permettant de sentir les échoués, mais ce n’est pas tout. Son plus gros avantage est qu’il est un rapatrié. Son contact avec un échoué ne le tue pas, il revient à la vie dans le cratère formé par la néantisation.

test death stranding pc ps4

Vous trouvez que cela commence à faire beaucoup ? Et bien comme dans MGS, le jeu nous propose un nouveau lexique de mots et de concepts que vous devrez digérer afin de comprendre ce qu’il en est et où tout cela va. Avec une galerie de personnages remarquablement interprétés par un casting 5 étoiles, l’histoire du jeu est passionnante à suivre et l’envie de découvrir ses secrets vous tiendra en haleine durant plusieurs dizaines d’heures. Norman Reedus, Mads Mikkelsen, Lindsay Wagner, Léa Seydoux, Troy Baker, Margaret Qualley et Tommie Earl Jenkins se sont donnés à fond et certains personnages vont vous marquer pour longtemps. Avec en guest-star la modélisation de Guillermo Del Toro et celle de Nicolas Winding Refn, la réalisation soignée de Hideo Kojima fait toujours mouche avec des scènes parfois super classes qui en imposent.

test death stranding PC PS4
Les apparitions de Cliff vont vous souffler

Si tu n’arrives pas à penser, marche…

Death Stranding s’est longtemps fait moqué pour son concept, atypique et basé sur de simples livraisons. La réalité est qu’on est très vite happé par son univers et absorber par son gameplay, véritablement addictifs. Difficile à décrire sans spoiler tant le plaisir de jeu repose sur la découverte des mécaniques et des possibilités qu’elles offrent dans un monde organique où vous pouvez aisément tester et expérimenter.

Pourvu d’un magnétisme assez extraordinaire, le titre fait la part belle à un monde ouvert et un gameplay peaufiné. Le monde que vous traversez est maîtrisé de bout en bout et cela se sent manette en mains. Oui vous allez marcher et livrer des paquets, et oui vous allez adorer. Forts de mécaniques bien pensées s’imbriquant les unes aux autres et bourré d’idées rafraîchissantes sur la connectivité, Hideo Kojima a fait du simple fait d’explorer et de se déplacer un vrai plaisir. Death Stranding est de ces jeux qui se doivent d’être joués pour être compris.

test death stranding PC PS4
Le terrain est à prendre en compte lors de votre préparation

Le titre a pourtant une structure classique, comprenez par-là que chaque endroit où vous vous rendrez dispose d’un terminal. Ces bornes avec lesquelles vous interagissez vous permettent d’accepter de nouvelles missions, d’optimiser votre équipement, de fabriquer des objets, de recycler des éléments et de vous reposer dans une chambre privée. C’est simple, vous acceptez une mission et vous livrez quelque chose d’un point A à un point B, comme n’importe quelle quêtes Fedex d’un RPG. Et c’est bien ça qui est fascinant, jamais une de ces quêtes ne m’avait procuré un tel plaisir. Beaucoup de paramètres sont à prendre en compte et votre préparation à ce voyage est essentiel pour que la quête soit menée à bien, surtout que vous êtes évaluez à la fin de votre livraison. Le temps que vous mettez ou l’état de votre marchandise est primordial pour avoir de bonnes notes, et donc plus de « likes », les points d’expérience du jeu.

test death stranding PC PS4

La mort nous va si bien

Le moteur Decima, développé par Guerrila Games et offert à Kojima fait toujours des merveilles. Les décors sont sublimes, les effets ne sont pas en reste et les animations sont travaillées et fluides. Hideo Kojima a en plus eu l’idée brillante de parsemer le jeu de musiques envoutantes. Dans un effet très élégant de mise en scène, le créateur japonais choisi de donner du recul à la caméra pour nous permettre de profiter d’un morceau et de paysages somptueux venant mettre l’emphase sur un moment en particulier. Ces passages très contemplatifs résonnent encore comme des sortes de moments de grâce. Kojima nous raconte avoir été inspiré par ces musiques découvertes lors de son tour du monde et être tombé amoureux de l’Islande, et on veut bien le croire tant on a l’impression de s’y balader.

test death stranding PC PS4
Des panoramas somptueux vous attendent lors de votre voyage

Death Stranding profite en plus du talent de Yoji Shinkawa au design avec son esthétique si particulière. Personnages, machines, toute la conception visuelle de l’univers est également une réussite. Très beau, le jeu est irréprochable techniquement et remarquablement optimisé. Pourtant, si le rendu graphique est magnifique, c’est bien dans la conception de son monde ouvert que Death Stranding impressionne.

Le terrain est à prendre en compte dans le choix de vos itinéraires et le jeu le sait très bien. Avec une emphase mise sur les détails et le moindre caillou qui peut vous faire chuter, le level design s’amuse avec la nature du terrain, son inclinaison, la présence d’eau, les conditions météorologiques mais aussi la flore. Vous rendre à ce fameux point B n’est pas forcément de tout repos et le jeu sollicite en permanence votre attention.

test death stranding pc ps4
Le level design joue avec tout un tas de paramètres

Vous devez équilibrer le poids de votre personnage, faire attention où vous marchez et surveillez ce qui vous entoure. Le moindre faux pas pouvant vous compliquer la tâche, arriver à bon port après avoir traversé et esquivé nombres de dangers pour se voir obtenir une excellente note donne une grande satisfaction.

test death stranding PC PS4

L’amour aux trousses

Néanmoins, vous n’êtes pas seul dans ces terres désolées et laissées à l’abandon. Les échoués rôdent. Dans un changement d’ambiance total, les séquences où vous les croisez sont formidables. S’infiltrer parmi des menaces mortelles invisibles est une idée brillante où la tension devient palpable. C’est ici que le bébé que vous transportez entre en scène, car il sert de radar auditif et directionnel aux livreurs, et vous devrez redoubler de vigilance pour traverser tranquillement ces phases.

Accroupissez-vous, marchez doucement et retenez votre souffle pour ne pas attirer l’attention des échoués.

Vous traverserez de nombreux territoires durant vos missions et certains sont gardés par d’autres humains, les MULEs, qui essayeront de vous voler votre marchandise. Évidemment, vous débloquerez un arsenal d’outils, de gadgets et même d’armes ou fur et à mesure de vos pérégrinations pour vous défendre de toute ces menaces. Il est toutefois dommage que la menace humaine ne soit pas si sérieuse que ça, j’ai en effet noté un manque de challenge en difficulté normale. C’est seulement dans la chasse du trophée de platine, qui requiert de jouer en difficile, que j’ai mieux profité de ces affrontements.

test death stranding PC PS4

Des adversaires sont donc présent, mais nous n’êtes pas seul de votre côté non plus. Le multijoueur asynchrone vient ajouter une couche supplémentaire à votre voyage. On peut par exemple, quand on se balade, tomber sur les colis perdus par les autres joueurs. Vous pouvez alors décider de les ramasser et de les ramener en lieu sûr pour donner un coup de main. Après avoir relier et établi une connexion au réseau chiral, vous verrez également apparaître les bâtiments et les outils construits par les autres joueurs. Vous pouvez aussi partager et faire dons de ressources et outils tout comme en bénéficier. Le système de remerciement, qui se fait par le biais de « like » aussi, permet une véritable entraide entre les joueurs.

Bien sûr cela rejoint le propos du jeu, le lien entre les êtres humains est central et cette entraide vient symboliser la connectivité entre les gens. Ces concepts qui se traduisent dans le jeu (comme l’absence de game over lié à la particularité de Sam : on se réveille dans les abysses et on doit retrouver notre corps pour revenir) viennent témoigner d’un game design soigné et brillant de la part de Hideo Kojima.

Évidemment, une telle proposition ne peut plaire à tout le monde mais toute les œuvres marquées par le sceau d’un auteur atypique en sont de même. En décidant de parler de notre rapport aux autres et de notre rapport au monde qui nous entoure, en nous faisant réfléchir sur l’état de notre société comme de l’utilisation de la technologie pour nous remplacer au lieu de nous soutenir, Hideo Kojima livre un titre particulier, unique et exceptionnel. Le créateur montre ici tout son savoir-faire en matière de game design. Énormément de mécaniques s’imbriquent pour fournir un titre hypnotisant, où les heures passées à livrer et à vous balader procurent un plaisir et un dépaysement total. Techniquement très propre et visuellement magnifique, Death Stranding est en plus pourvu d’une bande sonore tout bonnement remarquable. Ajoutez à tout ça une histoire et un univers fascinants, et il en devient très difficile de décrocher. Le pari de Sony est une réussite et même si le jeu n’est pas parfait, son gameplay inédit, son approche du monde ouvert et le voyage qu’il vous propose lui donne un cachet particulier qu’il faut avoir vécu. Un de mes plus beaux souvenirs de joueur et résolument un jeu extraordinaire.

Death Stranding

Extraordinaire
9

Vin's

9.0/10

On a aimé

  • Une bombe visuelle et sonore, techniquement irréprochable
  • Un univers soigné et bien écrit
  • Un rythme de découvertes et de progression parfaitement équilibré
  • Un monde ouvert organique et plaisant à parcourir
  • Une leçon de game design

On a moins aimé

  • Un manque de subtilité dans l’écriture des personnages
  • Une narration parfois maladroite et lourde
  • Des menus qui manquent de clarté et de certaines options d’ergonomie

LAISSER UN COMMENTAIRE

Écrire votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom