Test de Moonlighter, édité par 11 bit studios et développé par Digital Sun  , disponible sur PCPS4Xbox One et prochainement sur Switch, testé par Lear.

test de moonlighter

Moonlighter est le premier jeu du petit studio espagnol et indépendant Digital Sun, édité par 11 Bit Studios (Frostpunk). Le projet part d’un Kickstarter ayant rapporté 134 276$ pour plus de 5000 contributeurs. Moonlighter joue sur deux tableaux en proposant un action-rpg avec des éléments de rogue-lite (rogue-like en plus soft) prenant son inspiration dans des jeux comme Rogue Legacy, The Binding of Issac ou encore les Studios Ghibli. Le jeu est une totale réussite : il jouit non seulement d’un pixel-art particulièrement bien travaillé et détaillé mais pour une fois avec ce style graphique les animations sont un délice pour les yeux. Additionné à un concept original mélangeant les genres harmonieusement dans une ambiance onirique qui, il faut bien l’avouer, ne sera pas sans rappeler The Legend of Zelda : The Minish Cap… Comme quoi avec peu de moyens on arrive à faire des merveilles !

Dans la ville de Rynoka, nous dirigerons les aventures de Will, un héros-marchand tentant de percer les mystères des donjons. Tout comme son grand-père, Will souhaite explorer ces donjons et surtout accéder au mystérieux 5e donjon jamais ouvert. Mais comme le sait tout bon aventurier, notre équipement joue un rôle déterminant. Mais dans la vie, rien n’est gratuit ! Will devra donc gérer son magasin le Moonlighter pour récolter des fonds et s’armer pour affronter les donjons regorgeant de dangers et leurs féroces gardiens.

IL EST PAS CHER MON TAPIS !  

Notre jeune marchand commence donc son périple dans le village de Rynoka dans lequel il possède son magasin. C’est aussi dans le village qu’on pourra crafter des armes, des armures, des potions et des enchantements. En effet, sur la place centrale, un panneau permet, au fil de vos aventures, de recruter un forgeron, une alchimiste, un banquier ou encore un vendeur d’objets de donjons. Ce panneau permet aussi d’améliorer son magasin en le rendant plus grand et en y ajoutant de nouveau coffre pour le loot. Vous commencerez le jeu avec un balai en guise d’arme, que nous affectionnons bien qu’inutile, mais pas de panique, le forgeron vous permet de choisir entre différents types d’armes : épée/bouclier (attaque et défense), lance (une allonge très confortable), grosse épée (très puissante bien que lente), arc (longue distance) et griffe (rapide mais les dégâts sont faibles). Chaque arme est améliorable en fournissant des matériaux spécifiques et beaucoup d’argent donc choisissez bien votre set de départ pour ne pas le regretter plus tard. Pour les armures, il en existe aussi différents types : tenue légère/rapide mais offrant peu de protection, tenue polyvalente un peu plus lourde offrant une protection modérée et enfin une armure lourde limitant les déplacements. Selon le type d’armes ou d’armures que vous aurez choisi, le feeling dans les donjons ne sera pas du tout le même.

test de moonlighter
Le forgeron qui permet d’upgrader les armes et armures

L’alchimiste, quant à elle, vous permettra soit d’acheter des potions en les craftants via des gelées récupérer en donjons soit de les acheter directement beaucoup plus cher. De plus, elle nous donne la possibilité d’enchanter nos armes et armures, donc sortez vos porte-monnaie car ce n’est pas donné non plus. Un vendeur proposant des matériaux divers sera aussi disponible, ainsi qu’un banquier pour faire travailler votre argent (attention tout de même car une Bernard Madoff est tout à fait possible) et enfin un colporteur qui vous vendra des accessoires à installer dans votre magasin pour éviter les voleurs, augmenter les pourboires ou encore laisser le magasin ouvert plus longtemps. Ajoutez à ça un village animé par divers Pnj s’affairant à leurs affaires pour avoir une véritable composante de RPG vous donnant la possibilité de faire évoluer votre personnage et votre magasin. Pour ne rien gâcher, la musique du village (que vous pouvez écouter au début de ce test) est particulièrement sublime et il est difficile de ne pas rester sur place pour continuer de l’écouter. Pour ce qui est de notre magasin le Moonlighter nous y reviendrons plus tard dans le test.

QUAND LES MARCHANDS JOUENT LES HÉROS    

En plus de notre casquette de marchand, on s’improvise explorateur de donjons pour récupérer du loot à vendre, un peu à l’image des nains de The Witcher (pour les connaisseurs du Lore). Vous aurez donc la possibilité d’explorer 4 donjons différents générer aléatoirement de façon procédurale avec uniquement les salles qui changeront d’emplacement et des mobs différents. Au début du jeu, seulement un donjon sera disponible et il faudra le terminer pour débloquer le deuxième et ainsi de suite jusqu’un dernier qui débloquera la fameuse cinquième porte. Chaque donjon possède son propre environnement et level design (golem, forêt, désert, technologie…) et malgré des salles placées différemment, leur schéma sera toujours le même avec 3 étages et un boss à la fin. Vous devrez traverser des salles avec seulement des mobs (qu’on appelle les gardes), d’autres avec des monstres gardant un coffre mais aussi des salles contenantes du Lore (parce que oui il y a une histoire et un lore).

Pour vous aiguiller dans ces dédales, des fontaines d’eau sont disposées pour vous soigner, dans la limite du raisonnable car ils finissent par se tarir. De plus, il faut savoir que ces fontaines indiquent que vous êtes dans la bonne direction vers la fin de l’étage, ce qui est une excellente idée quand on a aucun sens de l’orientation (hum,hum…). S’il vous prend l’envie d’explorer les donjons, ce qui sera surement le cas, sachez qu’il existe des secrets disséminés dans certaines salles, par exemple des trous qui scintillent dans lesquels vous pouvez vous engouffrer, mais aussi des coffres spéciaux qui permettent de ramener du loot gratuitement au village. Ouvrez l’œil car ce ne sont pas de secrets forcément évidents à repérer.

Le but de ces expéditions reste bien entendu de rosser du mob et récupérer un maximum de butin. Dès le premier donjon, vous récupérerez un médaillon de marchand vous autorisant à sortir du donjon avec ses loot moyennant quelques pièces (qui deviennent beaucoup de pièces rendu au donjon 4), un miroir de marchand qui vous permettra de vous délestez du loot encombrant (car la place dans votre sac est limitée) ainsi qu’un emblème de marchand, très cher, qui vous ramènera en ville avec votre butin mais laissera un portail de façon à pouvoir l’emprunter pour retourner dans le donjon. Les butins les plus intéressants se trouve dans les coffres mais ont souvent des malus qui par exemple peuvent détruire l’objet à sa droite, transformer l’objet adjacent en un autre ou encore se détruire si vous prenez trop de coups. Cela vous obligera non seulement à jouer la carte de la prudence mais aussi à choisir judicieusement ce que vous décidez de prendre dans votre sac. C’est là que s’illustre Moonlighter en proposant une composante de gestion d’inventaire original à l’intérieur d’un action-rpg.

test de moonlighter
L’inventaire à gauche et un des coffres du magasin à droite

Outre le fun que procure l’exploration des donjons et la récupération d’item rare, les combats font aussi partie des mécaniques intéressantes : en effet, chaque mob a sa particularité et se tue différemment, et les boss sont vraiment coriaces, et impressionnants, ce qui vous incitera à chercher la moindre faiblesse tout en apprenant leurs patterns. Et s’il vous prend l’idée de rusher, sachez que vos points de vie descendent très vite et qu’il n’en faut pas beaucoup pour mourir. La mort n’est pas une fin en soi étant donné qu’elle ne donne lieu à aucun malus, sauf que vous perdrez tout le loot que vous aviez accumulé dans votre sac et vous aurez vite fait le compte dans votre tête de l’argent que vous venez de perdre (vous êtes des marchands après tout !). Le jeu à cette façon de surfer entre facilité de prise en main du personnage et difficulté de gestion d’inventaire qui force le respect et donne envie de continuer de jouer encore et encore sans voir le temps passer…

LE JUSTE PRIX

Une fois avoir bien rempli son sac de trésor et autre joyeuseté, on peut retourner dans notre magasin, le Moonlighter, pour vendre tout ça. Dans votre boutique, vous avez une première partie avec votre chambre avec vos coffres où vous pouvez entreposer les loots et le lit ou vous pouvez dormir pour faire passer le temps et gagner des bonus de vie et de protection et une deuxième partie avec la boutique où vous exposez vos marchandises sur un nombre défini d’emplacement (qui peut être augmenté en améliorant la boutique). Et l’ingéniosité ici, c’est que c’est vous qui définissez le prix de vente des objets, la première fois au hasard, ce qui vous oblige à observer la réaction des clients, séparé en 4 émoticônes : un smiley pas content qui veut dire que le client n’est pas content du prix et ne l’achètera pas, un smiley triste qui montre que le client achète le produit mais n’est pas encore satisfait du prix, un smiley content pour un prix parfait et enfin le smiley avec des pièces dans les yeux qui prouvent que vous venez de vous faire avoir et que le client s’est fait de l’argent sur votre dos. Une fois le prix d’un objet connu, vous avez dans votre inventaire un carnet qui retrace les réactions des clients pour chaque objet, ce qui viendra grandement faciliter la vente.

test de moonlighter
Le magasin avec les étals, les vitrines et le stand de soldes

Un système encore bien ingénieux mis en place par nos chers développeurs de chez Digital Sun. De plus, le dernier prix auquel vous aurez vendu un objet restera par défaut le même pour simplifier les journées de travail déjà bien rempli de Will. Pour venir renforcer le système de vente, vous pourrez agrandir le Moonlighter et débloquer plein de nouvelles compétences : par exemple, un assistant sera disponible pour vendre vos objets pendant que vous parcourez des donjons (il prendra une commission de 30%, quand même hein). Pendant la journée, il faut être vigilant car plusieurs événements peuvent se produire : des clients peuvent vous demander des commandes spéciales que vous devrez honorer avant une date butoir, des voleurs peuvent tenter de vous voler vos articles (sautez dessus avant qu’il sorte) et pour les clients « riches », vous avez des emplacements sous verre où vous pouvez vendre des objets plus chers.

Il vous faudra une dizaine d’heures en ligne droite pour terminer Moonlighter et comptez une quinzaine d’heures pour tout débloquer et tout crafter, ce qui est plus que raisonnable pour un jeu indépendant à 134 276$ de budget. Avec son visuel pixel art haut en couleur, ses animations bluffantes (rien que celle de l’assistant qui s’attache les cheveux est fabuleuse…), sa bande-son variée et entraînante, son gameplay d’une originalité débordante et agréable à prendre en main (les donjons, la gestion du sac et du magasin sont grisantes !), c’est encore un mastodonte d’indépendant qu’on nous livre aujourd’hui. Après Bloodstained : Ritual of the Night ou Celeste cette année, c’est au tour de Moonlighter de briller avec mérite dans le cercle des jeux à petit budget.

Moonlighter

Moonlighter
8

Lear

8.0 /10

On a aimé

  • Un pixel art particulièrement coloré et joli
  • Des animations bluffantes
  • Le concept de gestion de magasin grisant
  • La bande-son superbe et variée
  • 134 276$ tout les jours pour des jeux comme ça

On a moins aimé

  • Quelques bugs mineurs
  • L'obtention d'or bien trop simple

LAISSER UN COMMENTAIRE

Écrire votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom