Critique de Solo A Star Wars Story, par Air Vin’s et garantie sans spoiler, comme d’habitude. Film écrit par Lawrence Kasdan, réalisé par Ron Howard, produit par Lucasfilm et sorti en salle le 23 mai 2018.

On pourra dire qu’il aura fait parler de lui le bougre, pourtant sa communication était timide et a commencée tardivement, avec un premier trailer très moyen, puis une deuxième bande-annonce qui pouvait redonner la foi, comme quoi avec un bon montage… Mais faire parler autant n’est pas forcément bon signe, surtout dans le trop plein de Star Wars qui dominait alors, avec les fans hardcore déçus par l’épisode Les Derniers jedi et le marketing parfois exaspérant autour de la licence.

Le fait est que, malgré ce qu’en pense encore les têtes pensantes de Lucasfilm, personne ne voulait vraiment de ce film sur Han Solo et ses débuts. Tout d’abord parce que c’est un personnage complet dans la saga principale, et qu’ensuite cette volonté de Hollywood à vouloir répondre à absolument toutes les questions et à justifier le moindre détail est vraiment une sale manie. Mais bon, ceux qui aiment le « Star Wars classique » et ont détesté l’absence de justification dans le 8 en ont pour leur frais. Explications…

Il y a eu une production que l’on sait compliquée, de par les problèmes du jeu de Alden Ehrenreich, l’éviction de Phil Lord et Chris Miller ainsi que les multiples reshoots effectués par « le sauveur » du métrage, Ron Howard. Le film partait déjà mal avec un budget qui allait progressivement atteindre les 275 millions de dollars ! Mais une telle production n’explique pas tout. Rogue One a souffert des mêmes problèmes, et il fut pourtant grandement apprécié par les fans de la première heure. Sachez que je fais partie de ceux un peu moins emballé par le premier spin-off. Je lui reproche un manque d’âme et de personnalité, pour faire cours : Il ne m’a pas fait vibrer. C’est d’ailleurs quelque chose qu’il a en commun avec Solo, une histoire somme toute sympa mais rien de véritablement transcendant. Et oui ! Solo n’est pas si nul que ça, un peu d’objectivité du net version 2018 ne ferait pas de mal. Il souffre simplement d’autre symptômes typiques de notre époque.

Le bon Star Wars, c’est celui qui tire

C’est un film qui va encore une fois diviser le publique. Son personnage principal n’étant pas avare en pari risqué, on peut se dire que c’est une situation qui lui convient plutôt bien. Le fait d’aller le voir en pensant que le film sera nul à peut-être joué sur mon impression, mais pas que, voici pourquoi Solo n’est PAS un mauvais Star Wars.

Tout d’abord, Star Wars est une saga qui a de véritables fans intégristes en son sein, n’importe quels articles ou vidéo sur le net le démontre. Allez faire un tour du côté des commentaires et vous verrez régulièrement les gens se déchirer. Alors on respire un grand coup, on ne va pas se battre pour un film, qui n’est pas non plus complètement dingue. Réaliser une préquelle dédiée à un des personnages phares d’une telle saga n’était pas aisé, et je pense d’ailleurs que c’était une mauvaise idée, mais le film se tient bien au sein de la chronologie et du canon de la saga.

Alors oui, Harrison Ford est irremplaçable en Han Solo, enfin bon c’est évident. Mais il ne faut pas pour autant pendre par les pied Alden Ehrenreich avant d’avoir vu le film. Son jeu très correct et même parfois juste ne nous sort pas du personnage. Les mimiques typiques de Solo sont bien là ainsi que certains éléments de son langage corporel. Son duo avec Chewie marche toujours aussi bien et leurs dialogues sont bien écrits. C’est bien un jeune Han qu’on nous présente, qui n’est pas encore totalement désabusé, la promesse est tenue. Un ouf de soulagement donc ! Et même un bravo mérité pour l’acteur qui s’en sort malgré l’énorme pression de jouer un des personnages les plus important de la culture populaire.

Mais le retour de Han est aussi, et surtout, le fait d’un homme : Lawrence Kasdan. Le scénariste signe ici une vraie histoire au souffle aventureux, qui sent bon la trilogie initiale. La parti pris de l’auteur est d’être direct, et cela permets à bon nombre de références de venir titiller le fan et le connaisseur qui découvre alors les origines entourant son personnage. La réalisation de Ron Howard est la plus réussie depuis probablement Rush nonobstant une photographie sombre pour on ne sait quelle raison. Le film est dynamique, simple et divertissant grâce au choix de mettre l’aventure de nouveau au premier plan. La patte de Kasdan est bien présente dans l’écriture et cela fait du bien à la saga.

Le mauvais Star Wars, c’est celui qui tire

Les références c’est bien, encore faut-il qu’elles soient toutes réussies. Je vous avouerais que par exemple, l’explication autour de l’origine de son nom, Solo, ne m’a pas emballé. D’autre en revanche font leur effet, comme quoi, donner des réponses est un exercice difficile. Personnage fort existant depuis plus de 30 ans, le film soulève une autre question. Des questions méritent-elles forcément réponses ? C’est bel et bien là un des problèmes du film, il est en fin de compte inutile. Inoffensif et pas mauvais, mais inutile. Ce que le fan a mis de lui, s’est imaginé, reste important dans la manière de voir le personnage. Apporter l’origine exacte de tel ou tel détail du lore peut ne pas plaire, quelle que soit celui-ci, et même si cela est fait de bonne manière puisque chacun a mis quelque chose de différent et peut ne pas s’y retrouver.

Film énergique, Solo n’en reste pas moins un bon divertissement au sein de la saga galactique. Un épisode subsidiaire, accessoire, la définition de ce qu’est un spin-off. Alors crier au scandale comme beaucoup sur le Web ne tient tout simplement pas. Le film ne fait pas plus que l’annonce son titre, une histoire dans l’univers de Star Wars sur la genèse de Han Solo. En plaçant son récit 10 ans avant Un Nouvel espoir, il est difficile d’imaginer des enjeux bouleversants et une quête épique quand on est tenu par un tel carcan. Là est son plus gros problème, il y a trop de choses qui le limitent pour qu’il puisse pleinement prendre son envol tel l’emblématique faucon millénaire.

En résulte une faiblesse au niveau des vilains et autres antagonistes du film. Malgré la présence de Paul Bettany à l’écran indéniable, le personnage de Dryden Vos reste cantonné à un rôle unique, plus prétexte qu’autre chose au contexte global de la pègre galactique avec l’introduction de l’Aube écarlate et des syndicats. J’aurais aimé que le scénario se penche plus sur ceux-ci avec peut-être de l’espionnage et un genre de film plus « gangster ». Mais cela n’était pas le propos du film qui se concentre sur Solo et ses pérégrinations.

Solo a tiré le premier !

Au rayon des réussites du film j’ajouterais la relation géniale entre Chewbacca et Han, beaucoup de moment font sourire voir rire. Découvrir les choix de Chewie dans cette histoire met déjà en avant son incroyable loyauté. D’une façon plus terre-à-terre, après qu’il est été mis de côté dans The Last Jedi, cela fait plaisir de voir les talents et la puissance de notre wookie préféré. C’est d’ailleurs la bande entière qui est attachante. Caractérisés de belles manières, les personnages et leurs relations fonctionnent.

Val (Thandie Newton), Rio (Jon Favreau) et Tobias forment un groupe attrayant. Le dernier, interprété par Woody Harrelson parfaitement dans le ton, sert aussi de base quant à l’évolution future de Solo, intéressante par bien des aspects. La droïde qui les accompagne, L3-37, est malheureusement trop proche de la caricature et vaut plus par le propos qu’elle apporte. Qi’Ra par Emilia Clarke jouit aussi d’une écriture qui m’a surpris, un personnage féminin bien loin de la princesse en détresse. Quant au dernier « nouveau », vous le connaissez tous, c’est bien Lando Calrissian qui, avec un Donald Glover parfait dans sa nonchalance et sa malice fait plaisir à retrouver.

Mélange de genre, entre Western et film de braquage, le métrage nous donne certaines scènes plaisantes à suivre. La moralité du film est aussi intéressante, et n’est pas aussi simple qu’elle paraît. Par l’évolution de son personnage principal, le spectateur vit le même questionnement. Au début peu enclin à se demander quelles sont les conséquences de ces actes, Han Solo va apprendre qu’il y en a toujours. Au final, l’anti-héros va peu à peu se positionner dans la zone grise et commencer à être sensibiliser par la lumière qu’il retrouvera plus tard, puisque faisant partie de sa véritable nature. L’ambiguïté du contexte n’étant pas toujours simple à saisir, il sera plus simple pour lui de rester au milieu en attendant Un Nouvel espoir, histoire d’être tranquille. Le film tient là un bon sujet bien amené à travers son personnage.

Bien rythmé, le film n’est clairement pas ennuyant. L’aventure suit bien son cours et se pose dans son dernier acte pour souligner ce qui se joue alors : l’impact et le résultat que cela aura sur les personnages. Le film est plutôt bon, intéressant sur pas mal d’aspect et peut même surprendre de bonne façon. Reste que malgré tout, il n’est pas primordial à la compréhension de la saga et manque d’un quelque chose d’épique. Probablement de vilains marquants et d’une réalisation de haute volée, ou d’une plongée plus profonde dans la pègre de cette époque. Des détails inutiles à connaître aux réponses non nécessaires font de ce spin-off ce qu’il est, un épisode sans grandes ambitions. Un point toutefois sur la photographie sombre, voir parfois moche, je ne comprends pas ce qui est passé par la tête de Bradford Young. Reste que le film n’est pas non plus totalement dénué d’intérêt sans être renversant. Et puis petite cerise sur le gâteau, le canon est respecté, l’honneur est sauf non ?!

Bonus Track – Le très bon thème de Han par John Williams

Solo - A Star Wars Story

Correct
Solo - A Star Wars Story
6

Vin's

6.0 /10

On a aimé

  • Les personnages
  • La dynamique de groupe
  • L'aventure de retour
  • Un "bon" divertissement
  • Le nouveau thème de John Williams

On a moins aimé

  • Sans grandes ambitions
  • Les vilains
  • La photographie parfois moche, souvent sombre
  • Un "simple" divertissement

LAISSER UN COMMENTAIRE

Écrire votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom