Critique d’Avengers Infinity War, écrit et réalisé par Anthony et Joe Russo, produit par Marvel Studios. Film sorti en salle le 25 mars 2018. Par Vin’s et garantie sans spoiler !

10 ans. Cela fait 10 ans depuis la première pierre posée de cet univers partagé avec la sortie d’Iron Man. Un univers qui n’aura de cesse de s’agrandir, avec le premier mur qu’est le premier Avengers. Ce premier cross-over voyait nos héros réunis, mais aussi le teasing de la menace qu’allait constituer Thanos. À l’époque déjà, toutes les personnes qui voyaient le film et ne connaissaient pas les comics s’interrogeaient sur ce personnage. Mais c’est qui ? C’est lui qui est derrière l’attaque et que Loki craint autant ? Il doit être surpuissant non ? Etc. Beaucoup de questions qui n’allaient pas trouver de réponse tout de suite, une brève apparition et une scène post générique mis à part, cela fait 6 ans qu’on attend de le revoir et que l’on souhaite apprendre à le connaître.

Marvel s’est en effet d’abord concentré sur l’étendue de son univers et sur l’introduction de nouveaux personnages. Les films suivants ont été pour Marvel l’occasion de mettre en place son univers cosmique avec Thor The Dark World puis les Gardiens de la Galaxie, mais aussi son univers magique avec Doctor Strange, le tout en plaçant les Pierres d’Infinité au fur et à mesure des films, comme dans Avengers Age of Ultron et la naissance de Vision. Maintenant que tout est prêt, que les pierres sont connues et les personnages en place, il était temps d’accueillir Thanos dans Avengers Infinity War, le climax ultime de ce MCU, cet univers sérialisé unique dans son genre au cinéma. Souvent copié jamais égalé.

critique avengers infinity war

Film le plus attendu de l’histoire du cinéma, il a en effet réalisé le plus grand nombre de préventes du média, il est donc peu de dire qu’il était grandement espéré. Un énorme poids repose sur ses épaules et celles des frères Anthony et Joe Russo, les architectes de cet Avengers 3 après avoir réalisé deux des meilleurs films du MCU, à savoir Captain America The Winter Soldier et Civil War. Mais avoir des spectateurs qui ont de telles attentes est une épée de Damoclès si le film ne tient pas ses promesses. Et autant vous le dire tout de suite, nous n’avons pas été déçus !

Après une introduction incroyable dont on taira ici les tenants et aboutissants, et des moments déjà cultes, certains spectateurs peuvent alors avoir quelques craintes qui font surface. En effet, 2 blagues ou 3, si chères à la formule Marvel, viennent un peu vite et peuvent sembler de trop alors que le film rentre en phase de construction de son récit et de ses enjeux. Selon votre sensibilité, vous pouvez donc commencer à avoir un peu peur quant à la suite du film, qu’elles viennent amoindrir la gravité de ce qui se déroule à l’écran et donc amoindrir votre investissement émotionnel. Rassurez-vous, cela ne dure pas. Plus loin, les frères Russo parviennent à doser correctement les touches d’humour apportées de ci et de là, les blagues tombent juste, sont drôles, mais ne viennent pas déjouer les enjeux. Elles correspondent de plus parfaitement à certains caractères et personnages, les Gardiens de la Galaxie en tête. C’est donc un ouf de soulagement sur un défaut récurrent des productions Marvel Studios qui aurait pu grandement nuire au film.

critique avengers infinity war

Dread it. Run from it. Destiny Still Arrives.

Les réalisateurs savent tabler sur 10 ans de films et font donc fructifier ce que l’on sait des capacités de nos héros pour que chacun (ou presque) ait droit à son moment de gloire. Avec plus d’une trentaine de protagonistes et d’antagonistes à gérer, l’exercice était périlleux et loin d’être facile pour les réalisateurs. Le contrat est rempli, les frère Russo s’en sortent remarquablement bien et cela apporte richesse et générosité à Avengers Infinity War.

Les scènes d’action, de l’arrivée de l’Ordre Noir à New-York, à la bataille du Wakanda en passant par l’affrontement sur Knowhere ou Titan, les démonstrations de pouvoirs et d’astuces des héros, mais aussi ceux de Thanos et ses enfants sont parfaitement réussies et incroyablement mises en valeur dans la réalisation. Certaines scènes sont d’une grande classe, parfaitement écrites et gérées, avec des plans séquences qui viennent offrir une belle immersion. Un plaisir coupable indéniable et des grands moments du genre. Reste quelques ratés, il y a quelques plans rapprochés trop vifs et des moments qui manquent de lisibilité, la seconde équipe de réalisation, les gens derrière John Wick sont partis et cela se sent. Mais maîtriser autant de personnages et de pouvoirs, pourtant bien différents les uns des autres, est une prouesse. Les fans de Iron Man, de Doctor Strange, des Gardiens, de Spider-Man ou encore de Thor ou de Captain et de sa clique en auront pour leur argent, c’est un régal de voir nos héros s’entraider et de voir leurs pouvoirs mis en commun pour combattre la menace.

L’Ordre Noir, et ses quatre membres, sont aussi introduits comme antagonistes. C’est d’ailleurs le principal défaut du film, ils ne sont pas assez développés. On imagine bien qu’avec autant de personnages présents dans le métrage, cela relevait de l’impossible de faire un sans-faute. Ils disposent pourtant d’un design réussi et parviennent à être inquiétants. Mis à part Ebony Maw et ses pouvoirs de télékinésie, Proxima Midnight, Corvus Glaive et Black Dwarf, bien que puissants, traversent le film sans que l’on sache d’où ils viennent et en quoi consiste exactement leurs pouvoirs, ils ne sont là que pour être les sous-fifres de Thanos, dommage.

A la manière d’un James Bond, le film nous fait également beaucoup voyager. Les différentes planètes, ambiances et décors sont très beaux et c’est un plaisir de suivre le récit pendant les 2 heures 40 que constituent le film. On ne s’ennuie jamais, même si quelques baisses de rythme de certains arcs narratifs peuvent se faire sentir. On n’échappe également pas à quelques raccourcis d’écriture, bien que notre intérêt pour les événements du film ne faiblisse jamais et que l’on reste véritablement scotché à son fauteuil, tant les enjeux sont saisissants et que Thanos en impose. Avengers Infinity War EST l’aventure de Thanos.

critique avengers infinity war

#ThanosDemandsYourSilence

Thanos, le titan fou. Rien que son surnom place le bonhomme. Et Avengers Infinity War est l’occasion de le rencontrer et d’enfin apprendre à le connaître. Les frère Russo ont décidé d’en faire le personnage principal de leur film et réussissent avec brio l’entreprise. En tant que spectateur, il est fou de voir à quel point on peut se surprendre à aimer le suivre, fidèle jusqu’au bout à sa conviction de rétablir l’équilibre dans l’univers et de réguler la vie afin de la sauver. Le vilain est écrit avec justesse, faisant preuve d’une humanité parfois déroutante, et il est de plus magnifiquement interprété par Josh Brolin. La motion capture n’est d’ailleurs pas en reste et il faut saluer le travail d’ILM et le risque que les frères ont pris en faisant d’une créature entièrement numérique le personnage central de l’intrigue. Marvel tient enfin son grand méchant qui lui faisait défaut. Il marquera à n’en pas douter le cinéma. La réussite est totale !

L’adversaire ultime des vengeurs traverse et arpente le film tel un bourreau, une marche de l’inéluctable avançant implacablement dans sa quête des Pierres d’Infinité. On est (très) loin du ton léger de certains films du MCU. Le titan est le personnage ayant le plus de temps à l’écran. Chacune de ses apparitions est accompagnée d’une intensité palpable et délicieuse, il est clairement le représentant des enjeux. De la scène d’introduction à la conclusion, Avengers Infinity War ne laisse que rarement une minute de répit aux héros malmenés et aux spectateurs abasourdis. On peut même se mettre de son côté, bien qu’extrême dans son exécution il vient appuyer le propos du film, dramatique, sur le sacrifice et la valeur d’une vie, ambitieux s’il en est.

L’ambition, un mot qui cristallise le métrage. De par sa nature de climax après 10 ans de construction d’univers, l’ampleur du film et des actes qui se déroulent à l’écran mais aussi son scénario, ses scènes d’action et ses scènes dramatiques voir tragiques (une nouveauté à ce niveau dans les films Marvel), c’est bel et bien l’ambition qui caractérise le film. Tel un cocktail secouant les 18 films précédents (!) c’est bien un ensemble de saveurs qui nous est offert par les frères Russo. Avengers Infinity War dispose d’une réelle force de caractère, aussi amenée par le fait que le film aille jusqu’au bout de son propos, en suivant l’exemple de Thanos qui avance inexorablement.

En réunissant et en mélangeant ses personnages, univers et musiques, ce nouvel Avengers est une grande réussite. Les duos, trios et plus encore de personnages qui se rencontrent et échangent pour la première fois font mouche à chaque dialogue, fluides grâce à une écriture fine et une connaissance parfaite de nos héros. Tous interprétés superbement par leurs acteurs respectifs, on voit Robert Downey Jr, Chris Pratt, Benedict Cumberbatch, Chris Hemsworth, Chris Evan, Elizabeth Olsen, Paul Betanny et consorts être au top de leurs jeux. Le film place aussi quelques bonnes surprises, et je tairai évidement lesquelles.

Outre de sympathiques combos inédits en combats et de nouveaux gadgets, ce mélange est encore plus réussi au niveau de l’humour, notamment grâce aux Gardiens de la Galaxie dont le décalage permet de contrebalancer tout le véritable drame qui se déroule autour et d’équilibrer le récit du film d’une excellente manière, mis à part le début un peu trop généreux de ce côté.

D’ores et déjà monument de la pop culture, Avengers Infinity War est dense, riche et généreux. Cette quatrième réunion réussit le coup d’être l’aboutissement de 10 ans de MCU et la récompense ultime pour les fans. Pensés intelligemment, bien écrits, les dialogues sont percutants et le métrage jongle avec différents tons pour nous servir de franches rigolades mais aussi des moments tragiques qui vont vous marquer un moment. C’est un véritable tour de force d’avoir réussi à réunir autant de personnages dans des scènes d’actions aussi épiques. L’ensemble reste un divertissement impressionnant qui a su se donner les moyens de ses ambitions, parvenant à marier toutes les esthétiques de nos héros dans un tout cohérent. Mais la meilleure idée et la plus grande réussite du film reste son vilain : Thanos. Incroyable, il porte le film sur ses épaules, à des hauteurs dont beaucoup ne pensaient pas Marvel capable. Le film n’est pourtant pas dénué de défauts mais il vous scotche sur place et fera longtemps date dans vos souvenirs. Un premier au revoir avant un adieu certain l’an prochain. Vous n’êtes pas prêts !

Avengers Infinity War

Kult
Avengers Infinity War
8.3

Vin's

9.0 /10

Lear

9.5 /10

Polygleek

6.5 /10

On a aimé

  • Thanos, le vilain qui nous manquait
  • La réunion d'autant de personnages
  • L'écriture
  • Les scènes d'action
  • La cohérence du tout

On a moins aimé

  • L'Ordre Noir sous exploité
  • Quelques raccourcis
  • Quelques manques de lisibilité

2 Commentaires

  1. En ce qui me concerne, j’ai passé un bon moment, clairement, mais je n’ai pas trouvé ce film exceptionnel. Je m’explique brièvement et (bien-entendu) sans spoilers :
    – Je n’ai pas chronométré, mais j’ai eu l’impression d’un film constitué de près de 70% de scènes d’actions. Forcément, l’histoire est assez pauvre du coup. On est vraiment diverti par le spectacle, mais on pourrait raconter tout le scénario du film en moins de 5 minutes, sans rien oublier.
    – Les motivations de Thanos n’ont aucun sens au vu des technologies disponibles dans cet univers (et montrées dans le film).
    – Plusieurs évènements du film sont très téléphonés.
    – La suite et la résolution de l’intrigue se devinent aussi très/trop facilement.
    – La stratégie employée par les protagonistes au début de la plus grande bataille du film est tellement mauvaise que ça crève les yeux.
    Au-delà de ces bémols, je me range derrière l’avis de Vin’s.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Écrire votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom