Avant Star Wars, avant Game of Thrones, il y avait Dune. Le roman de Frank Herbert est depuis longtemps la figure emblématique d’un genre et un chef d’oeuvre majeur de la science-fiction. La nouvelle adaptation prévue en fin d’année sous la houlette de Denis Villeneuve, réalisateur de Premier Contact et Blade Runner 2049 est attendue comme le messie pour les amateurs du genre. Découverte.

Publié en 1965, les événements de Dune se déroule sur Arrakis, haut-lieu de la galaxie pour sa ressource la plus vitale : l’épice, qui permet de plier l’espace-temps et d’altérer l’esprit. C’est le très doué Timothée Chalamet qui incarne le jeune héritier Paul Atreides, l’étranger proverbial de cette étrange terre, qui combat pour protéger ce refuge hostile même si celui-ci menace de le détruire. Les humains sont les aliens sur Arrakis. L’espèce dominante dans ce monde est l’immense vers des sables, voraces et virevoltant dans les dunes des paysages désertiques qui donnent leur nom à l’oeuvre.

La production est partie vers les régions isolées aux alentours d’Abu Dhabi à la recherche des fameuses dunes. Aux Émirats Arabes Unis, les températures approchent celles d’Arrakis et Timothée Chalamet raconte :  » Je me souviens être sorti de ma chambre à 2 heures du matin, et il devait faire 1000 degrés !  » Pour imiter les distilles, ces combinaisons qui donnent et préservent la vie dans l’ouvrage, les acteurs portent des combinaisons épaisses et caoutchouteuses et l’acteur nous explique :  » C’était l’agonie, il faisait parfois 40 degrés pendant le tournage. Je ne me souviens plus à partir de quelle température mais quand cela monte trop haut, honnêtement tu ne peux plus travailler. Néanmoins, cette immersion si difficile nous a aidés. Être autant épuisé pour raconter cette histoire nous a permis une immersion totale. « 

Ce ne serait pas Dune si c’était simple. L’idée d’en faire une adaptation n’est pas nouvelle, Alejandro Jodorowsky s’est mis en tête de le réaliser mais Hollywood a trouvé le projet trop risqué. David Lynch a porté Dune sur grand écran en 1984, mais le résultat a été considéré incompréhensible. En 2000, une mini-série de téléfilms Dune a été un carton à la télévision, et reste encore comme la meilleure transposition de l’oeuvre, mais la portée n’est pas la même. Ces nouveaux film, avec ce genre de budget et prévu pour salles obscures, n’a rien à voir.

Le casting réunit par Villeneuve et son équipe à de quoi faire rêver. Les rôles principaux seront campés par deux jeunes acteurs prometteurs, Timothée Chalamet en Paul Atréides et Zendaya pour Chani. Les acteurs seront entourés de Rebecca Ferguson (Jessica Atréides), Oscar Isaac (Leto Atréides), Josh Brolin (Gurney Halleck), Jason Momoa (Duncan Idaho), Javier Bardem (Stilgar), Dave Bautista (Glossu Rabban), Stellan Skarsgard (Vladimir Harkonnen) et Charlotte Rampling (la Révérende Mère Gaius Helen Mohiam)

La richesse de Dune est difficile à adapter car c’est une oeuvre très riche, le réalisateur explique :  » C’est un livre qui parle de politique, de religion, d’écologie, de spiritualité – et avec beaucoup de personnages. C’est une raison qui rend l’exercice complexe, et je pense que c’est la chose la plus compliquée sur laquelle j’ai travaillé « . Quand on imagine qu’il devra recommencer pour son deuxième film, ça rend cette adaptation décidément très intéressante.

Dune est prévu dans les salles de cinéma le 23 décembre 2020.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Écrire votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom