Fan ou non de l’univers super héroïque, tout le monde ou presque le connait aujourd’hui. Grand nom de l’histoire des comics, Stan Lee nous a quittés à 95 ans, et laisse derrière lui un héritage colossal. Il rejoint donc son compère Steve Ditko parti il y a quelques mois, une année décidément dure.

Né le 28 décembre 1922, Stanley Martin Lieber est embauché en 1939 chez Timely Comics au poste d’assistant éditeur. C’est après deux ans à remplir les blancs sur les hors-séries de Captain America que le départ de Joe Simon et Jack Kirby le propulsera éditeur en intérim. Après la seconde guerre mondiale, son talent et son sens des affaires le voit retrouver Timely en tant qu’éditeur en chef des publications.

Les années passent, mais un tournant s’annonce. En 1961, Jack Kirby, son collaborateur de toujours et scénariste, créé Les 4 Fantastiques. Désormais, les super-héros sous l’ère de Stan deviennent plus matures, plus complexes et plus torturés. Ses personnages reflètent alors une époque qui a le regard tourné vers les étoiles, la place de l’homme dans l’univers et les problèmes sociétaux sont des sujets qu’abordent les publications.

Le succès des 4 fantastiques verra donc le scénariste déployer tout son talent, et il créera ou  alors une myriade de légendes : les X-MenSpider-Man, Iron Man, HulkThor, mais aussi Doctor Strange, Daredevil avec Bill Everett, Black Panther avec Jack Kirby et bien évidemment les Avengers, bref, sans lui Marvel aurait un tout autre visage, tant dans son roster de personnages que dans ces concepts et sa méthodologie.

Stan Lee, c’est donc toute une galerie de personnages mais aussi une philosophie dans les comics de super-héros. Grand architecte, il a poussé la continuité chez Marvel et relancé la maison des idées avec de nouveaux propos que le monde du comics n’abordait pas. Il est également derrière la découverte de grands talents et mettra en avant des artistes aujourd’hui célèbres. Résumer sa carrière de manière exhaustive en quelques paragraphes est une chose difficile, mais il a eu un impact majeure dans l’industrie. Le cinéma super-héroïque lui doit beaucoup puisqu’il a toujours accompagné les adaptations, du premier X-Men jusqu’au films Marvel Studios, et il est bien connu de tous pour ses caméos parfois drôles, parfois touchants.

L’année 2018 est donc bien triste pour plusieurs générations de lecteurs et de spectateurs, son souvenir sera à jamais celui du papa de héros bons, courageux et porteurs de valeurs et d’idéaux qui nous ont tous inspirés. Un dernière fois, un grand Excelsior monsieur Lee.

« Vous savez, je pense qu’une seule personne peut faire la différence. Tout est dit ! »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Écrire votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom